Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

daniel - Page 5

  • Haiku 152 - amours d'été

     

    sur le sable écrit
    des noms qu'emporte le vent
    nos amours d'été

     

    13/11/15 - ©dh

     

  • Haiku 151 - Lisboa saudade

     

    bruissement du vent
    où murmure Fernando
    et chante Amália

     

    02/10/15 - ©dh

     

  • Haiku 150 - chagrin d'automne

     

    se fond l'horizon
    au gris ardoise des toits
    mouillés de chagrin



    09/09/15 - ©dh

     

  • Haiku 149 - septembre

     

    du matin craintif
    à la nuit conquérante
    s'invite l'automne



    09/09/15 - ©dh

     

  • Haiku 148 - à travers champs

    blé.jpg 

    les épis de blé
    blanchis du soleil ardent
    dansent indolents



    21/07/15 - ©dh

     

  • Haiku 147 - la vengeance

     

    toi belle insensible
    à l'ombre du coin d'une ride
    ton destin t'attend



    24/06/15 - ©dh

     

  • Haiku 146 - balade comtoise

     

    sur le pré fauché
    s'étalent au pied des meules
    ombres et marcheurs



    04/06/15 - ©dh

     

  • Haiku 145 - pluie amère

     

    visage inondé
    sous le balcon des soupirs
    la pluie est amère



    20/05/15 - ©dh

     

  • Sans retour

    Etoile.jpg

    Y a-t-il un retour après le passage d’un pont ? Le chemin que l’on prend dans la vie est toujours sans retour. Dire d’un aller qu’il est simple c’est croire inconsciemment à la possibilité d’un retour. Il n’est de mouvement, pour toute chose dans cet univers, qu’un déplacement singulier. Rien ne revient jamais en arrière. Ce qui est accompli est accompli. Les larmes, les regrets et les remords n’y changent rien.

    Bulle de savon, née d’un souffle d’air, monte et descend dans les cieux en nous émerveillant, finit toujours par s’effacer au bout d’un temps inégal mais compté. Seconde ou milliards d’années, quelle qu’en soit sa durée ou sa forme, la matière poursuit son chemin. Se désagrégeant pour se conglomérer et se désagréger à nouveau, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, l’éternité réside en elle et elle en nous. Nous, poussières d’étoiles, faisons pleinement partie de ce mouvement... sans retour.

     

    13/05/15 - ©dh

     

  • Haiku 144 - printemps

     

    de ce fil d'avril
    se tissent les dais vert tendre
    d'arbres conquérants



    21/04/15 - ©dh

     

  • Haiku 143 - la délicatesse des liaisons

     

    mon souffle t'effleure
    tu rougis le regard trouble
    délicat amour



    10/04/15 - ©dh

     

  • Haiku 142 - triste matin d'avril

     

    le chat t'a croqué
    tout entier merle bonheur
    ton beau chant aussi



    07/04/15 - ©dh