Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

daniel - Page 2

  • Haiku 183 - trésor de février

    pin_sous_la_pluie.jpg

     

    des perles de pluie
    au bout des aiguilles du pin
    des perles de vie

     

    21/02/18 - ©dh

  • Haiku 182 - montagne d'hiver

     

    la brume avance
    mangeant lentement les cimes
    blanche montagne

     

    31/01/18 - ©dh

  • Haiku 181 - gare III

     

    sur les quais de gare
    le va-et-vient incessant
    des indifférents

     

    21/12/17 - ©dh

     

  • Haiku 180 - gare II

     

    sur les quais de gare
    le coup de sifflet strident
    déchire des cœurs

     

    18/12/17 - ©dh

     

  • Haiku 179 - gare I

     

    sur les quais de gare
    des larmes coulent toujours
    au départ des trains

     

    14/12/17 - ©dh

     

  • Haiku 178 - Provence VI

     

    sous le grand platane
    des voix déchirent la nuit
    blues à Lamanon

     

    28/07/17 - ©dh

     

  • Haiku 177 - Provence V

     

    l'olivier trésor
    livre son vert blanc argent
    au mistral soufflant

     

    26/07/17 - ©dh

     

  • Haiku 176 - Provence IV

     

    Fontvieille église
    fraîcheur des corps et des âmes
    fournaise dehors

     

    24/07/17 - ©dh

     

  • Haiku 175 - Provence III

     

    ce petit jaune
    que blanchit une eau glacée
    le bonheur du soir

     

    23/07/17 - ©dh

     

  • Haiku 174 - Provence II

     

    garrigue et genêts
    je foule d'un pas léger
    les chemins en Crau

     

    23/07/17 - ©dh

     

  • Haiku 173 - Provence I

     

    Maussane au soleil
    sous la caresse du vent
    frémit l'olivier

     

    22/07/17 - ©dh

     

  • le sacre de l'été

     

    étalé en galette

    sur le sable blanc

    qui me colle à la peau

    j’entends les cris

    les rires des enfants

    leurs plongeons

    leurs barbotements

    dans cette eau transparente

    le ressac métronome

    en symphonie mineure

    s’entremêle aux sons

    à en devenir bouillie

    si douce

    si apaisante

    à me noyer

    dans un abîme

    un océan de léthargie

    où plus rien n’existe

    rien ne compte

    si ce n’est toi à mes côtés

    tu vois

    reste toujours vivace

    le souvenir

    de ces instants magiques

    de la plénitude

    de nos vingt ans

    de ces étés brûlants

    avec toi

    mon amour

     

    01/07/17 - ©dh