Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le sacre de l'été

 

étalé en galette

sur le sable blanc

qui me colle à la peau

j’entends les cris

les rires des enfants

leurs plongeons

leurs barbotements

dans cette eau transparente

le ressac métronome

en symphonie mineure

s’entremêle aux sons

à en devenir bouillie

si douce

si apaisante

à me noyer

dans un abîme

un océan de léthargie

où plus rien n’existe

rien ne compte

si ce n’est toi à mes côtés

tu vois

reste toujours vivace

le souvenir

de ces instants magiques

de la plénitude

de nos vingt ans

de ces étés brûlants

avec toi

mon amour

 

01/07/17 - ©dh

 

Écrire un commentaire

Optionnel